Le rider Loïc Bruni suivi par un drone éclairant de nuit

Un projet DroneContrast pour Red Bull

Le 12 septembre 2017, par Antoine

Une descente VTT nocturne avec un drone éclairant

Loïc Bruni est un rider français, double champion du monde de VTT de descente.

Dans le cadre d’un projet vidéo pour un de nos clients : la société Red Bull, nous avons été contactés pour concevoir un système de drone éclairant. Nous avons donc étudié la réalisation d’un puissant projecteur (800 W), transportable par drone afin d’éclairer des scènes de nuit. Le but était de pouvoir suivre Loïc sur une piste de descente VTT en nocturne à des vitesses avoisinant les 50 km/h ! Pendant ce temps, des cadreurs pourraient filmer sa descente au sol et un deuxième drone filmerait l’ensemble de la scène. Un projet un peu fou, mais complètement innovant, ce qui nous a tout de suite plu chez DroneContrast.

Les contraintes étaient nombreuses : fiabilité, puissance, autonomie, utilisation de deux drones sur le même espace de nuit… Le drone éclairant devait aussi pouvoir être piloté par un binôme pilote / cadreur afin de pouvoir orienter le projecteur sur 3 axes à 360° pour constamment éclairer le rider dans la nuit noire et éviter l’accident…

Drone Eclairant
Drone-LED-DroneContrast

Un système LED watercooling

Un peu de technique… La conception du système pour obtenir un drone éclairant n’était pas gagnée d’avance, puisque comme nous avons pu le voir les contraintes étaient nombreuses. La principale contrainte était le ratio : puissance / poids. Le système ne devait pas être trop lourd pour ne pas modifier les réactions du drone pendant le vol et assurer une autonomie confortable. En même temps, la puissance des LED devait être suffisante pour ne pas mettre en danger Loïc.

Le projecteur LED pour drone est constitué de :

  • 8 LED blanches de 100 W chacune portant la puissance du système à 800W
  • un système de refroidissement liquide comprenant
    • un réservoir
    • une pompe
    • 1 waterblock
    • un radiateur de refroidissement
    • 2 ventilateurs
    • différents tuyaux et raccords
  • un circuit électronique d’alimentation
  • une caméra permettant de cadrer le sujet même la nuit
  • un émetteur vidéo
  • des batteries LIPO

L’ensemble du système drone éclairant se contrôle en double opérateur. Le pilote gère la navigation du drone pendant que le cadreur maîtrise l’orientation de la nacelle sur laquelle est fixé le projecteur LED. Il peut contrôler à distance l’allumage ou l’extinction des LED et l’orienter à 360° et aussi en tilt. Il dispose d’un retour vidéo en temps réel lui permettant de suivre le rider. Cela assure une sécurité supplémentaire, en effet, même si le drone ne prend pas exactement la même trajectoire que le rider, le cadreur pourra compenser le manque de lumière en pointant le projecteur directement sur le rider.

Drone Eclairant
Drone éclairant

Les possibilités d’un drone éclairant

Avec ce type de matériel, les possibilités pour les réalisateurs et chefs opérateurs deviennent infinies et ne se limitent qu’à leur imagination ! Dans le cadre de ce projet, nous avons eu deux utilisations du système drone LED. La première correspondait au tournage du film, la seconde à l’utilisation du drone éclairant pour réaliser des photos artistiques en ajoutant des filtres de couleur comme vous pouvez le voir ci-dessous. On peut aussi imaginer réaliser du light painting avec des poses longues.

drone éclairant

Quid des autorisations de tournage ?

Les tournages en drone de nuit en France sont soumis à des règles très précises qui ne sont pas à négliger puisqu’elles représentent une très grosse partie du travail en amont du projet. En effet, en France, les drones ne peuvent être utilisés que de jour, sauf dérogation accordée par le préfet territorialement compétent, après avis de la DSAC. Cela signifie qu’aucun survol de drone n’est autorisé 30 minutes après le coucher du soleil jusqu’à 30 minutes avant le lever du soleil le lendemain, c’est ce que l’on appelle la nuit aéronautique. Cette demande de dérogation doit être adressée au Préfet au minimum 30 jours avant la date du tournage.

Dans le cas présent, nous avons donc dû demander l’avis à la préfecture compétente plusieurs semaines à l’avance, qui a ensuite dû demander l’avis de la DSAC avant de nous répondre positivement. Nous avons également dû fournir une autorisation écrite de l’ensemble des propriétaires des terrains traversés par le drone, cela est valable même s’il s’agit de terrains non constructibles.

Pour conclure, un projet comme celui-ci ne s’improvise pas. Les demandes d’autorisations pour faire voler un drone de nuit sont plus complexes que celles pour évoluer en journée, il faut donc anticiper.

Drone Eclairant

Le résultat en images

Découvrez le résultat de ce projet avec la vidéo Night Chase ainsi que le behind the scenes si vous souhaitez connaitre tous les détails techniques de ce système.

Retrouvez ce défi fou sur le site officiel de Red Bull

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *